La Chine peut-elle être populaire

Les discours politiques de Sun Yat-sen (Les trois principes du peuple, 1912), de Mao Zedong (Servir le Peuple,1946) et de Hu Jingtao (Maintenir le peuple en Harmonie, 2005)

prétendent assurer la légitimité du pouvoir chinois dans des types de rapport au peuple où nous ne retrouvons guère notre concept moderne de souveraineté – et que nous soupçonnons même de cacher et/ou de révéler un nouvel épisode du « despotisme oriental ».

Les débats récents autour de la traduction en sinologie (Jullien/Billeter) ont renouvelé cette interrogation en étendant le soupçon à la tradition politique han toute entière.

En examinant trois courants de la pensée chinoise ancienne (légisme, taoïsme, confucianisme), nous nous demanderons comment le Ciel et le Peuple se sont confiés ou ont retiré la source de légitimation de la bonne gouvernance. Ces courants de la pensée chinoise peuvent-ils convier le peuple chinois au banquet républicain ou l’inviter au jeu démocratique ?

Roland DEPIERRE